Le Château de Beaurepaire

 

Le château ruiné par la guerre de cent ans fut reconstruit de 1579 à 1581 par Barthole du Moncel.
De 1820 à 1867 le Comte Alexandre du Moncel le restaura et construisit quatre tours. Il supprima les douves et assécha les marécages.
En 1867 le baron Arthur de Schickler le transforma en château néogothique.
En 1944 la construction du XVIème siècle fut entièrement brûlée ainsi que la moitié de l’aile néogothique construite au XIXème siècle.
En 1967 le Comte Christian de Pourtalès entreprit sa restauration et le château retrouva petit à petit sa splendeur d’antan. Aujourd’hui le parc à l’anglaise est constitué de grandes prairies, de bois, d’étangs, d’un jardin de conifères exotiques abritant des massifs de rhododendrons, azalées…

 

Le Parc de Beaurepaire


De nombreuses têtes couronnées visitèrent le parc au cours du XIXe siècle, les impératrices Joséphine et Marie-Louise sous le premier Empire, de même que l'impératrice Eugénie, la Reine Victoria et l'Empereur Pedro 1er du Brésil au second Empire.


Aujourd'hui le parc à l'anglaise a conservé la plupart de ses éléments constitutifs : les grandes prairies en herbages, les bois sur les hauteurs, les étangs et miroirs d'eau traversant le parc d'est en ouest, le "Jardin Réservé" avec ses collections de conifères exotiques abritant des massifs de rhododendrons arborescents, les potagers et jardins fleuris et leurs murs de clôture. L'ensemble, animé par, les chevaux du Haras, les lamas, les cygnes, les oies et les canards conserve un caractère à la fois très anglais et très romantique.

 

Obélisque observatoire

 

Bâti par le Général Comte du Moncel vers 1830 (face au château et à

l’autre extrémité de la longue esplanade en avenue).

 

Hôtel Mélingue

 

Ancien relais de diligence

Julien Le fort vendit en 1602 ses propriétés de Martinvast à un Mélingue d’où le nom de «Hôtel Mélingue». Le bâtiment des communs est du XIIème siècle, il est bâti en schiste et recouvert de pierre.